alt text
Anne-Marie Quesnel
Auteure, conférencière

Envoyer un message à Anne-Marie

Facebook Anne-Marie Quesnel – Auteure

Menu
Close
Oct 14, 2017

AMITIÉ: MODE D’EMPLOI

0 Commentaire | Par

Amitié: Mode d’emploi

« Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde. »

Le Petit Prince

En ce nombril du mois d’octobre, je vous propose de célébrer l’amitié. Merveilleuse, formidable et extraordinaire, elle est aussi fragile. Le fil de son existence est parfois coupé sans qu’on s’y attende. La peine d’amitié est, pour plusieurs, plus douloureuse qu’une peine d’amour.

Au cœur de la plupart des désastres en amitié se trouve un problème de communication. Une parole ou un geste mal interprétés. Des besoins qu’on n’a pas nommés. Des limites qu’on n’a pas posées. Et tout à coup, c’est le trop-plein et l’explosion qui détruit tout. Le jugement final, tombant comme un couperet sur un détail qui anéantit tout ce qui a précédé.

Une amitié digne de ce nom se tisse patiemment, délicatement, au fil du temps. On investit son cœur, son âme, son temps. On se confie d’abord prudemment, puis sans retenue. On ose un jour se dévoiler quand la confiance s’installe.

Comment ne pas se sentir trahi quand le vent change de bord sans prévenir? Parce que c’est souvent ainsi que l’amitié prend fin : brutalement. On se sent étourdi comme si on venait de récolter une solide séquence coup droit et uppercut. Et quand on reprend un tant soit peu ses esprits, on constate que le boxeur a quitté l’arène.

Souvent, on veut revoir l’ex-ami pour comprendre et corriger le tir, mais dans ces divorces, il y a rarement un retour d’appel.

Comment fait-on pour gérer le vide? Comment discuter avec un fantôme? Comment négocier avec un courant d’air?

Si d’excellentes raisons existent pour mettre fin à des relations, il n’en reste pas moins que de nombreuses amitiés devraient survivre, s’épanouir et fleurir avec certaines compétences de base. En voici quelques-unes.

1. Nommer ses besoins.
C’est le syndrome de la fameuse boule de cristal. On s’attend à ce que l’autre devine nos besoins, puis on est déçu quand notre rêve ne se réalise pas. Dans toute relation, on ne le dira jamais assez : nommez vos besoins! Répétez-les, vérifiez ce que l’autre a compris. Cela permet de partir sur de bonnes bases.

De quoi avez-vous besoin en amitié? Une oreille attentive, de la compréhension, du respect, de l’humour, du soutien, de l’entraide…?

2. Déterminer ses limites.
L’erreur consiste à laisser une trop grande familiarité s’installer. Si une fois n’est pas coutume, il arrive que l’ami prenne trop de place dans notre intimité. Toutefois, chacun de nous est responsable de protéger sa propre forteresse.

Vous avez besoin d’espace? Dites-le. Vous n’avez pas le temps de parler au téléphone tous les soirs et votre amie vous appelle toujours à 19h? DITES-LE. Élégamment, fermement, poliment, mais dites-le. Rien de plus explosif que d’accumuler des irritants ou de faire semblant que tout va bien. DITES-LE!!!

3. Faire le ménage au fur et à mesure.
Même si vous nommez vos besoins, si vous déterminez et nommez vos limites, il se peut que l’ami fasse une erreur. Ça arrive à tout le monde. On peut comparer la vie à un match d’improvisation en direct, pas à une photo. Tout le monde peut avoir l’air brillant et fabulous sur une photo. Plus difficile d’être impeccable à tout moment dans la vraie vie, notamment à cause des filtres de distorsion : entre ce que je pense, ce que je dis, ce que l’autre entend, ce qu’il comprend et ce qu’il interprète, il y a tout plein d’occasions de mal saisir le message! Trop de divorces en amitié se produisent parce qu’on a la mèche courte. On comprend mal et aussitôt, on fait sauter la baraque. On n’attend même pas le lever du soleil : on tire la plug tusuite!!! F-I-FI, N-I-NI!

Alors, si on croit que notre ami vient de nous insulter, nous mentir ou nous manquer de respect, commençons donc par respirer par le nez! L’ami est-il souvent (ou toujours) comme ça? Si oui, on lui en parle… on nomme nos besoins et on rappelle nos limites! Si ce comportement devient répétitif et que l’ami ignore consciemment et volontairement nos besoins et nos limites, on peut avoir de bonnes raisons de mettre fin à l’amitié.

Si non? Facile! On lui en parle, on pose des questions d’éclaircissement… et on en profite pour nommer nos besoins et nos limites. Et voilà, en deux temps, trois mouvements, le ménage est fait, on recommence à zéro.

Rien de plus pur qu’une amitié saine et sans bibittes!

4. Choisir le moment pour nommer ses besoins, déterminer ses limites et faire le ménage!
Si les trois premières étapes sont déjà de belles habitudes pour vous, ne négligez surtout pas la 4e : choisissez le moment! Encore d’autres amitiés éclatent pour des raisons absurdes. « La » fois où il y a un accrochage, certaines personnes ne portent pas attention au moment choisi pour aborder la question. Quand la situation est sérieuse, il est primordial de s’assurer que l’autre saisit l’enjeu, qu’il comprend l’importance de cette mise au point.

Sinon, incompréhension, frustration, sentiment d’injustice ou de trahison… On retombe dans le cercle vicieux de l’amitié malaaaade.

Au bout du compte, le plus important, c’est de comprendre qu’on ne met pas à la poubelle des années d’amitié pour un accrochage. Soyons respectueux et responsables. Les relations humaines sont à la fois complexes et fragiles, mais elles sont aussi ce que nous avons de plus beau. Prenons soin des gens qui sont importants pour nous. On a beau vivre dans une société de consommation, consommer et jeter l’amitié ou l’amour est particulièrement difficile. Certains vivront cette épreuve comme un véritable deuil.

Prenons soin les uns des autres!


Blogue-AMQ

 

Vous avez aimé cet article? Partagez-le avec vos amis. Vous aimeriez réagir à cet article? Laissez un commentaire.

Laisser un commentaire

Auteure
Anne-Marie Quesnel
Anne-Marie Quesnel

Partager cette page